Récit d'une réparation peu conventionnelle en Angola

30 décembre 30 décembre

La mission du navire câblier Léon Thévenin consiste à maintenir l'Afrique connectée grâce à la maintenance des câbles sous-marins autour de l'Afrique sub-saharienne, du Sénégal dans l'océan Atlantique jusqu’au Kenya dans l'océan Indien.
Plus de 30.000 km de câbles sous-marins sont ainsi maintenus dans cette zone appelée 2OCMA (2 Oceans Cable Maintenance Agreement).
Le Thévenin et son équipage sont en alerte à son port d’attache au Cap 24h/24 365 jours par an, prêts à appareiller dès qu’un câble sous-marin est endommagé autour de l'Afrique.

 

Zone 2OCMA - zone d'intervention du N.C Léon Thévenin

L'histoire suivante relate la réparation peu conventionnelle réalisée en juillet dernier par le navire câblier Léon Thévenin.
Le 3 juin 2015, l’Angola perd une importante partie de son trafic international de télécommunications.
Un défaut a été repéré sur le système de câble ouest-africain (WACS), et plus précisément sur la branche Angolaise de WACS qui atterrit à Sangano, au sud de Luanda.
Comme les mesures ont démontré que le défaut était à proximité de la plage, des inspections ont été effectuées par des plongeurs dans des eaux peu profondes au large de la plage de Sangano.

Le 6 juin, les plongeurs ont trouvé le défaut câble par 8,5 m de profondeur seulement.
Dès lors le Léon Thévenin est officiellement requis pour réparer ce câble, mais quelques préparatifs préliminaires seront nécessaires avant de pouvoir quitter le Cap et se rendre sur la zone en défaut.

 

Système de câble WACS

A l’endroit du défaut, l'eau est trop peu profonde pour qu’un navire câblier puisse opérer, aussi des moyens supplémentaires comme un navire de soutien avec faible tirant d’eau et une équipe de plongée sont nécessaires à la réalisation de l’opération.

Par conséquent, pour CMS (Chamarel Marine Services), qui est l'opérateur du Léon Thévenin, commence la recherche des sous-traitants locaux nécessaires à la réparation.

Le procédure de réparation va consister à utiliser le navire de soutien (un remorqueur) comme une plate-forme de jointage dans les eaux peu profondes, devant la plage de Sangano. Les plongeurs couperont le câble à l’endroit du défaut coté plage et en passeront l’extrémité au remorqueur. Le Léon Thévenin, qui sera en station un peu plus au large, passera la deuxième extrémité au remorqueur (la câble sera d’abord flotté entre les 2 navires, puis les ballons seront coupés pour poser le câble au fond). Dès que les 2 extrémités seront sécurisées à bord du remorqueur, elles y seront jointées pour la première épissure. Quant à la seconde épissure, elle sera faite ensuite sur le Thévenin dans des eaux plus profondes. Les plongeurs ré- ensouilleront le câble au fond une fois la réparation terminée.
Pour cette opération, le AHTS Greta K (remorqueur de RK Offshore) a été retenu comme navire de soutien, et la société Octomar a été sélectionnée pour fournir les services de plongée.

Le 11 juillet, les contrats nécessaires entre CMS et ses sous-traitants ayant été signés, le Léon Thévenin peut quitter le Cap et arrive an baie de Luanda le 16 juillet.

Ce mois aura été nécessaire aussi pour obtenir tous les permis et les autorisations de travail pour le Léon Thévenin et pour les sous-traitants de CMS. Il aura notamment fallu que CMS importe temporairement le Léon Thévenin qui bat pavillon Mauricien, mais aussi le AHTS Greta K qui bat pavillon Singapourien. Le Greta K quitte Pointe Noire (Congo) le 14 juillet et il arrive an baie de Luanda le 16 juillet quelques heures après le Léon Thévenin.

Le 17 juillet, les formalités nécessaires au Thévenin et au Greta K pour travailler dans les eaux angolaises sont accomplies. Des équipements de mesures, de jointage, et de boscotterie sont transférés du Léon Thévenin vers le Greta K. Le 17 juillet au soir, le Thévenin et le Greta K (avec à son bord les plongeurs d’Octomar) appareillent pour Sangano, où la réparation pourra enfin commencer. Le 18 juillet, le Léon Thévenin coupe et éclairci le câble vers le large jusqu’à une position propice à une épissure finale (des fonds sableux où le câble pourra être ensouillé).

L’extrémité éclaircie est mise sur bouée, et le Thévenin vient ensuite se positionner aux premières lueurs du jour le 19 juillet devant Sangano.

Les plongeurs d’Octomar ont coupé le câble coté plage et l’ont amené sur le Greta K. Quand ce câble a été sécurisé à bord du navire, celui-ci s’est mis en station DP, station qu’il conservera pendant toute la durée du joint initial. Les jointeurs et un technicien du Thevenin ont été transférés sur le Greta K à ce moment le 18 juillet.

Le 19 Juillet à l’aube le câble est flotté entre le Léon Thévenin et le Greta K.

 

 

Câble flotté entre le Léon Thévenin et le Greta K pour son jointage à l’atterrissement

Une fois que le câble flotté arrive sur le Greta K, il est sécurisé et testé, puis les ballons sont coupés entre les deux navires afin de permettre au Thévenin de quitter la zone petits fonds en posant le câble vers la zone prédéfinie d’épissure finale, où il attendra la fin de l’épissure initiale pour tester celle-ci et poursuivre ses opérations.

Le 19 Juillet après-midi l’épissure initiale débute sur le Greta K.

 


Les jointeurs du Thévenin faisant l’épissure initiale à bord du Greta K

Le 20 juillet vers minuit, l’épissure initiale se termine sur le Greta K et dans la nuit les mesures sont faites sur le Léon Thévenin. Durant la fin de la nuit, l’épissure initiale est accompagnée au fond par les plongeurs depuis le Greta K.  Aux premières lueurs du jour le 21 juillet débute le rapatriement du personnel et des équipements du Léon Thévenin depuis le Greta K, action accomplie par les plongeurs d’Octomar, utilisant leur embarcation.

A l’issue du transfert le Thévenin reprend la fin de sa pose, puis récupère la deuxième extrémité du câble pour réaliser l’épissure finale qui débute dans la nuit du 21 juillet en soirée, et se termine dans la nuit du 22 juillet. Pendant ce temps, les plongeurs d’Octomar ont réalisé l’inspection et l’ensouillage de la réparation, depuis le côté plage jusqu’à la zone de l’épissure finale.

 

Le Léon Thévenin maintient sa station lors de l'épissure finale

L'épissure finale est achevée avec succès et mise à la mer le 23 juillet dans la matinée. Après le test final et la remise en service du système WACS, le ROV Hector 5 réalise l’inspection et l’ensouillage de la boucle de l’épissure finale.

 

 

Récupération du ROV - Mission accomplie

Une fois l'inspection et l'ensouillage du câble terminés, le Léon Thévenin, le Greta K avec l'équipe Octomar arrivent à Luanda le 24 juillet pour préparer leur retour vers Le Cap (où le Léon Thévenin sera démobilisé) et vers Pointe Noire (où le Greta K sera démobilisé), quant aux plongeurs Octomar ils sont démobilisés à Luanda.

Le Thévenin arrive au dépôt câble du Cap le 30 juillet pour y décharger les réserves, puis le même jour il revient à son poste d’amarrage au V&A Waterfront, où il reprend sa garde 2OCMA jusqu’à la prochaine intervention.

Deux mois se sont écoulés depuis que le Thévenin a reçu l'appel pour l'Angola. Cette opération a réellement été éprouvante, avec une organisation compliquée avec beaucoup de défis techniques et administratifs, à l’issue desquels le Léon Thévenin a encore une fois rempli sa mission: faire en sorte que l'Afrique reste connectée.

D. Mainguy